Nombre total de pages vues

samedi 21 février 2009

Les Napoléons- pions- des- Banquiers: que des Pions de Londres via les espions Banquiers


« L’Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on se met d’accord », Napoléon Bonaparte.

==========================

Les NAPOLÉONs étaient cousins avec la Couronne d'Angleterre.

Les Napoléons étaient apparentés avec les plus grandes familles royales d'Europe.

Par la reine Catherine de Whestpalie, les Napoléons sont des petits-fils de Frédéric, roi de Wurtemberg, et d'Augusta de Brunswick.

Dans la ligne paternelle (Wurtemberg), on trouve Brandebourg-Anspach, Tour-et-Taxis, Brandebourg Schweidh, Prusse (Dorothée de Prusse, soeur de Férédéric 11, épouse Frédéric-Guillaume, margrare de Brandebourg-Schweidh, d'où une fille; Férédéric-Dorothée-Sophie, qui, mariée à Frédéric-Eugène 1er, de Wurtemberg, est mère de Frédéric, roi de Wurtemberg.


LES NAPOLÉONS SONT LES COUSINS AU MÊME DEGRÉ DE LA REINE SOPHIE, de Suède et de Norvège, épouse d'Oscar 11 .... La descendance de Georges 11, roi d'Angleterre, et de Wilhelmine-Caroline de Brandebourg-Anspach, par Frédéric-Louis, prince de Galles, et Augusta de Saxe-Gotha, père et mère d'Auguste d'Angleterre, épouse de Charles-Guillaume-Ferdinand de Brunswick-Wolfembutiel et mère d'Augusta de Brunswick, met le prince NAPOLÉON et ses fils au nombre des agnats de la Couronne d'Angleterre, et dans un rang relativement fort rapproché.

Napoléon 111 était nommé Commandant en chef des Armées Britanniques. Mais il était étroitement surveillé par des agents de Londres.....

Le 18 juin 1815, des agents de la branche anglaise par la famille Rothschild observaient l'empereur Napoléon Bonaparte se battre désespérément pour sauver son armée de l'étreinte en tenaille de l'attaque anglaise. Un agent des Rothschild réussit à faire parvenir la nouvelle de la défaite de Napoléon par Lord Wellington, à Nathan Rothschild 20 heures avant que la nouvelle n'atteigne Londres. Nathan Rothschild, chef de la branche anglaise de la familles des Rothschild, lança la rumeur de la victoire de Napoléon. Les actions plongèrent de 98% et Londres par ses Rothschild pu alors racheter toute l'économie anglaise et française pour des pacotilles. Quand la nouvelle de la défaite de Napoléon arriva, les actions remontèrent en flèche. L'Angleterre devient alors officiellement la souveraine incontestée de l'Europe.

Napoléon n’était autre chose que l’homme de paille, le prête-nom des jésuites, exécutant les ordres qu’on lui donnait et récitant toujours la leçon qu’on lui faisait. LONDRES et ses jésuites attisaient la haine dans plusieurs pays.

En France, ils déclenchèrent l'Affaire Dreyfus, dans les années 1890. Cette affaire avait plusieurs finalités. Dont celle de créer l'antisémitisme et de développer la haine des juifs en France.



(1856-1879), le fils unique de Napoléon III, exilé en Angleterre et tué à l'âge de 23 ans en pays zoulou. Il aurait pu être le Napoléon IV. Après la défaite de Sedan, Napoléon III se réfugia en Grande-Bretagne où son fils unique grandit et s'engagea dans l'armée anglaise. Le prince impérial débarqua à Durban le 31 mars 1879. Il était une sorte d'agent chargé de reconnaître le terrain pour les troupes Britanniques en guerre contre les Zoulous. Un groupe de guerriers zoulous le tua de 17 coups de lance.






Dans la ligne maternelle on trouve Brunsmick Wolfembutiel, russe, Hanovre, ANGLETERRE, Brandebourg-Anspach, Saxe-Gotha.



Le grand-père de la reine Catherine, avait eu 14 enfants dont l'un deviendra Frédéric 1er dont son deuxième enfant fut la reine Catherine. Mais c'est par son troisième enfant, le prince Paul Wurtemberg, que le prince Napoléon est cousin germain de la grande-duchesse Hélène de Russie, épouse du grand-duc Michel, et cousin issu de germain de la princesse Hélène de Waldeck et Pyrmont, mère de la reine Emma, des Pays-Bas; IL EST COUSIN AU MÊME DEGRÉ DE LA REINE SOPHIE, de Suède et de Norvège, épouse d'Oscar 11.

Louis, frère cadet de Frédéric 1er, eut 5 enfants. Par lui le prince Napoléon se trouve en cousinage avec la maison royale de Bavière, la branche de la maison d'Autriche dont est issue l'archiduchesse Élisabeth, mère de la reine actuellement régnante d'Espagne; avec la maison de Saxe Gobourg-Gotha; avec la maison de Belgique; avec la maison de Hanovre; avec la branche de la maison impériale de Russie dont est issue Olga, épouse de Georges 1er, roi des Hellènes; avec la maison d'Oldembourg, la maison de Lippe, la famille de Hobenlobe, et la famille de Teck.


La lignée issue d'Eugène, duc de Wurtemberg. second frère de Frédéric 1er, donne des alliances avec les maisons de Hesse, de Lippe, de Reuss, de Schwartzbourg-Sondersbausen. Guillaume, troisième frère de Férédéric 1er, se maria morganatiquement. Par Alexandre, duc de Wurtemberg, quatrième frère de Frédéric 1er, LE PRINCE NAPOLÉON se trouve cousin d'Alexandre, duc de Wurtemberg, lequel épousa la princesse Marie d'Orléans.


Marie Fédérowna, l'aînée des soeurs de Frédéric 1er, épousa Paul 1er, empereur de Russie. C'EST D'ELLE QUE DESCEND AUJOURD'HUI TOUTE LA MAISON IMPÉRIALE. Elle fut la mère d'Alexandre 1er, de du tsar Nicholas 1er, du grand-duc Constantin, du grand-duc Michel, de la grande-duchesse Marie épouse de Charles-Frédéric de Weimar; de la reine Catherine de Wurtemberg, et de la reine Anne, des Pays-Bas, PAR ELLE, LE PRINCE NAPOLÉON est âparent des plus proches, non seulement de la maison de Russie, mais de la maison impériale d'Allemagne, l'impératrice Augusta étant la fille de la grande-duchesse Marie de Saxe-Weimar....

============================

Le 6 décembre 1491, à 21 ans, le roi de France Charles VIII épouse la duchesse Anne de Bretagne âgée de 15 ans. Avec cette union la Bretagne est définitivement rattachée au royaume de France et sa souveraine devient reine. Mais pour obtenir les terres de Bretagne, Anne a dû faire annuler son mariage avec Maximilien de Habsbourg. Pour pouvoir l’épouser et prendre possession de son royaume, Charles VIII répudia sa femme, Marguerite d’Autriche qui partit s’exiler en Flandres.


Marie-Caroline d'Autriche, 1752, 1814

Elle était la sœur aînée de Marie-Antoinette, reine de France.. Elle dominait son époux, le roi Ferdinand IV qu'elle avait épousé en 1768. Poursuivant la politique de sa mère, l'impératrice Marie-Thérèse , elle cherche à renforcer les liens tissés par cette dernière entre les Maison de Habsbourg-Lorraine et de Bourbon.

Pour ce faire, elle marie fort avantageusement ses enfants, "trustant" les trônes d'Europe. Ses filles épousent leurs cousins: l'Empereur Germanique, le grand-duc de Toscane, le prince des Asturies. Son fils aîné, l'héritier du trône, prénommé François en l'honneur de son grand-père maternel, épouse également ses cousines, d'abord Marie-Clémentine d'Autriche qui décède prématurément en 1801 puis Marie-Isabelle d'Espagne qui lui donne une nombreuse progéniture. Bien avant la reine Victoria, Marie-Caroline est la belle-mère de l'Europe.

LA TRAITRESSE contre sa France..... Le soutien de son favori Joseph Acton et de l'ambassadeur britannique Hamilton lui permet d'engager en 1798 les hostilités contre les armées de la France révolutionnaire. Les victoires de la France l'obligent à trouver refuge en Sicile..... mais elle fuit la vengeance du peuple français qu'elle avait trahi.

Entre-temps, en 1808, elle tente, toujours avec l'aide de l'Angleterre, de mettre son plus jeune fils, Léopold-Michel sur le trône d'Espagne mais l'intervention française fait échouer ce projet.


TRAÎTRES ET TRAÎTRESSES

En 1810, sa petite-fille Marie-Louise marie avec son ''prétendu'' (en apparence pour ne pas éveiller de soupçons sur le fait que les Napoléon et tous les rois sont mis en place par les Britanniques) ennemi juré, Napoléon Ier.

Napoléon 11 était donc le fils de l'archiduchesse Marie-Louise (une vendue à l'Angleterre). Napoléon 11 avait le surnon de l'AIGLON. Napoléon II est aussi, par sa mère, l'arrière-petit-neveu de Marie-Antoinette et de Louis XVI



Pour comprendre les guerres des Napoléons nous devons d'abord comprendre la position de l'Ordre des Jésuites en Europe avant son ascension au pouvoir.




ROIS ET REINES SONT ''LA MAFIA INTERNATIONALE''

PRINCES et PRINCESSES DU DÉSHONNEUR PAR LEURS VIES DE COMBAT

Ce qui est reptile chez eux ce sont les idéologies antifraternelles de la méritocratie et de l'utilitarisme qui font qu'ils nous voient comme de la marchandise à monnayer, à rentabiliser, et c'est pour cela qu'ils jettent l'Humanité dans une vie d'enfer en nous divisant par la Concurrence avec équité (ce n'est pas l'égalité), la compétition, l'insécurité de vie et la rareté d'emplois car ils technologisent, mécanisent et informatisent tout ..... LORDS et autres Dirigeants de Londres sur le Monde ignorent LA BELLE VIE QU'ILS SONT EN TRAIN DE RATER. Et oui, si LES VALEURS FRATERNELLES étaient aux Fondements des États et de nos vies: les ÉLUS auraient une belle place dans le coeur de tous au lieu de s'y retrouver noyés dans l'amertume de chaque êtres humains. L'Histoire se souviendrait de ses ÉLITES Internationales comme des humains bons et non comme des opportunistes qui se décernaient des trophées et des médailles entre eux pour tenter de se convaincre que ce qu'ils font est correct......

IMAGINEZ Reines et Rois, Princes et Princesses, Présidents...... que grâce à vous, on aie réussi à ÉLIMINER LA PAUVRETÉ, à augmenter la qualité de vie de tous..... Les gens vous aimeraient et parleraient toujours en bien de vous au lieu de vous mépriser ou simplement de vous ignorer..... Il est de votre devoir et ce sera tout à votre honneur que de vous y affairer.... Là est votre NOBLE TÂCHE et commence le véritable travail terrestre et spirituel.


LES JÉSUITES PROTESTANTS D'ANGLETERRE.

«Les Jésuites sont une organisation militaire, et non pas un ordre religieux. Leur chef est un général d'une armée, et non pas la simple père abbé d'un monastère. Et l'objectif de cette organisation, c'est le pouvoir - le pouvoir dans sa plus despotique exercice - un pouvoir absolu, universel, le pouvoir de contrôler le monde par la volonté d'un seul homme [c'est-à-dire, le Pape noir, le Supérieur Général des Jésuites]. . . dit Napoleon I, 1769-1821, empereur des Français, ..... et tous les Napoléons furent mis en place par les LONDRES via leurs Chevaliers de Malte via leurs Jésuites.

En 1773, les Bonaparte placèrent le petit Napoléon dans une école mixte tenue par des soeurs qui occupaient l'ancien établissement des Jésuites. Le père de Napoléon s'était aussi vu frustré d'une riche succession par les intrigues des jésuites-pions-de-Londres.

La collusion entre l'Ordre des Jésuites et Napoléon devait rester un secret. De nombreuses sources mentionnent Napoleons maçonnique appartenance à l'une des Grandes Loges Britanniques situées à Paris (comme l'historien catholique Nesta Webster). L'Angleterre par ses guerres napoléoniennes, et via leurs Jésuites ont pris le contrôle de la plupart des gouvernements européens, et d'accroître leur Powerbase dans le monde entier depuis.

— Expliquez-nous la présence de l’Angleterre protestante en Crimée ? — Oui, tant que l’Angleterre existera ; c’est elle qui est l’empêchement sérieux.

— Napoléon commandait en chef l’armée d’Italie

— Encore une fois, non : souvenez-vous donc comme il a embrouillé la grande manœuvre du camp de Satory. Les plans de la campagne d’Italie étaient faits d’avance, le maréchal Vaillant était là pour parer aux éventualités. Et la révolution italienne a été cause du traité de Villafranca, que l’on n’a fait qu’en vue de regagner plus tard ce que la papauté avait perdu.

Maria Bonuaparte (de la lignée des Napoléons) est la tante du mari de la reine d'Angleterre, le Prince Philip.... Le monde malade des Jésuites.

" Aucun événement politique ne peut être correctement appréhendé sans considération de l'implication du Vatican. Et aucun événement d'importance dans le monde ne se produit sans que le Vatican n'y participe, que ce soit de manière explicite ou implicite. " (Avro Manhattan, " Chevalier "de l'Ordre de Malte, Historien britannique.

Napoléon a trahi ses armées à l'Est, abandonnant 250 000 pauvres soldats.


— Comment Napoléon, neveu d’empereur, a-t-il pu arriver à la présidence de la république pensez-vous ? — Par Londres via l'un de ses nombreux Ordres dans le Monde qu'est la société de Jésus, dont il était membre, et par les légitimistes, leurs adeptes.


LES ''NAPOLÉONÉS'' ou ''LA MAFIA INTERNATIONALE''

« La vérité historique, est souvent une fable convenue », a dit Napoléon Bonaparte.

Mais alors, si l'Histoire est si mensongère que cela, pouvons-nous nous permettre de l'amener autrement. Et c'est ce que nous allons faire dans ce document.

Hélas, l’Histoire ne parle des humains que par l’Histoire du Commerce, des Conquêtes militaires (voler les autres pays) et de l’Économie.


La véritable Histoire ne s'apprend pas dans les manuels scolaires. Il y est question d'officines discrètes, d'agents secrets et de 'barbouzes', d'opérations militaires clandestines et souvent sanglantes, d'assassinats, de torture, de disparitions, de suicides, de manipulations en tous genres, de corruption et de scandales financiers, de réseaux occultes et de lobbies puissants et invisibles.


Les CONSPIRATEURS contre l'Humanité trahie par ses Élites




‘’Une vérité tient par elle-même, elle est évidence pour tous les gens sensés : elle n’a nullement besoin de preuves ni de références’’. ‘’Et un mensonge n’est pas plus vérité même si il est appuyé par des experts et référés abondamment par de nombreux auteurs’’. Un mensonge mille fois répété n’est pas plus vrai pour autant. Et même si tous ignorent certaines vérités : ces vérités sont tout de même toujours des vérités.


LONDRES ET SES PIONS



CONTRÔLE DES MASSES EN LES STÉRILISANT soit par les VACCINATIONS ou à travers leurs aliments (insecticides-stérilisants)......

video

''AUGMENTER LE TAUX DE MORTALITÉS'' dit Londres via son Rockefeller. Les Rockefellersont d'origines Allemandes, ils ont changé de noms, ils s'appelaient ROGGENFELDER.


video
LES PIONS DES ROIS ET DES REINES D'ANGLETERRE
(Les Rockefeller, les Rotchild, les Napoléon, les ....)

UN VIDÉO QUI DÉNONCE LES VACCINATIONS AVEC PREUVES


TOUS COUSINS
CES BANDITS QU'ON A ÉRIGÉ À LA CHEFFERIE DE NOS ÉTATS à notre insu mais en nous faisant voter pour l'un ou pour l'autre de ces bandits qui sont tous mis en place géopolitiquement.
video

Les Rotschilds, les Rockefellers, les Napoléons, les Bush, les ..... TOUS DES PIONS DE LONDRES



Napoléon le savait puisqu'il faisait aussi parti des pions et espions aux soldes des Britanniques. Mais souvent, ces pantins, lorsqu'ils sont au sommet de leurs victoires, deviennent imprudents et dévoilent quelques uns de leurs secrets te stratèges.

Moutons (suiveux), lièvres (peureux), serpents (rampants), autruches (qui se cachent la tête et ferment es yeux pour ne pas voir), ....... VOUS RECONNAISSEZ-VOUS ????

CESSONS D'ÊTRES ACHETABLES pour un job et de l'argent, de prétextes qu'on a pas le choix pour payer son loyer de travailler pour n'importe qui et qu'importe si l'employeur exploite aussi nos enfants et se fou des collectivités..... en autant que nous, nous ayons un travail......

SORTONS DE LA MORALE DU SALAIRE

Restons intègres et non achetables. Vaut mieux un pauvre utile qu'un riche et qu'un travailleurs inutiles qui ne vivent que pour leurs ventres et leurs poches !

=====================

MAINTENANT COMMENÇONS


1814, sur la recommandation de ses conseillers, dont Joseph, Lieutenant-général de l'Empire, ex-roi d'Espagne et frère de Napoléon

ILS (les Britanniques) ONT SABOTÉ LES FAITS, l’Histoire, notre Histoire

Les dirigeants de ce monde, héritiers des conquérants barbares d’autrefois, protégés des plus grands juristes, philosophes, historiens et autres spécialistes, ont tout falsifiés pour maintenir les peuples dans l’ignorance !

ILS (les Britanniques) ONT SABOTÉ LES FAITS, l’Histoire, notre Histoire

Les livres d’Histoires font procès aux Peuples et protègent leurs élites cupides et décadentes en en faisant des Saints et des Héros : ils ont tout inversé ! LES LIVRES D’HISTOIRE vont à contre courant humain,… ils camouflent la réalité que les populations en majorité étaient pacifiques, mais que des groupuscules les dirigeaient, savaient les affamer pour les pousser à des guerres d’enrichissement…. ON N’AVAIT PAS LE DROIT D’ÊTRE PACIFIQUE ! De tous temps, on faisait taire celui qui osait traduire son époque. Alors comment voulez-vous qu’on puisse se fier aux livres d’Histoire actuels…même les archéologues sont militaires.

On nous a fait croire que la guerre tuait les mauvais…. Et bien au contraire : les guerres ont tué les plus doux, les moins guerriers, les plus pacifiques, les populations non guerrières et moins assassines…. Il n’est resté que les moins nobles, les plus sadiques….

COMMENÇONS

En 1808, au château de Marracq, fut signé l'acte d'abdication du roi d'Espagne Charles IV en faveur de Napoléon Ier.

1814 : Gouverneur de la Banque de France

Avant que vous lisiez le texte suivant que j'ai copié d'un site, dites-vous que l'Angleterre a falsifié l'Histoire. Donc, en lisant, essayé d'imaginer le contraire....


Le Bonaparte

Origines

Le Bonaparte ou Buonaparte famille originaire de Florence... se sont installés en Corse, qui était alors une possession génoise. In 1768 the island was sold to France. En 1768, l'île a été cédée à la France.

Carlo-Maria (Charles-Marie) Buonaparte (1746-85) était un fonctionnaire au mineur les tribunaux locaux. His nobility was confirmed in 177*. Sa noblesse a été confirmée dans 177 Les armes de la famille ont été Buonaparte: gueules deux virages sinistre ou entre deux étoiles.

Il a épousé Laetizia Ramolino (1750-1836) en 1764 et par son survivant a 8 enfants, dont la deuxième a été de Napoléon Bonaparte.


Jérôme Bonaparte (1784-1860), frère cadet de Napoléon, était lieutenant dans la marine française en 1803, les combats dans les Caraïbes. Pour éviter la capture par les Britanniques, il a été forcé d'atterrir aux Etats-Unis: il est arrivé à New York, puis s'est rendu à Baltimore pour rencontrer un Américain à qui il se lia d'amitié avec la marine française. Là, il a rencontré Elizabeth Patterson (1785-1879), fille de William, immigrant irlandais, gun-runner au cours de la Révolution, et d'ici là, l'homme le plus riche dans le Maryland après Charles Carroll de Carrolton. Ils se sont rencontrés lors d'une fête, est tombé en amour, et dans un délai de 2 mois s'est marié (il était de 19, elle a 18). Le mariage a eu lieu la veille de Noël 1803, dans la cathédrale de Baltimore, avec l'archevêque de Baltimore, l'exécution de la cérémonie.

L’Empereur Napoléon 1er abdique en 1815 et l’Empire est suivi par la « Restauration » (les rois Louis XVIII et Charles X, frères de Louis XVI, remontent sur le trône) jusqu’en 1830. A cette date, une révolution chasse Charles X et c’est Louis-Philippe (de la branche des « Orléans » dont descend l’actuel « Comte » de Paris) qui est proclamé « roi des Français » : il ouvre une ère de monarchie vaguement tempérée par un semblant de parlementarisme naissant. C’est la « monarchie de Juillet » (du nom du mois de la révolution ayant porté Louis-Philippe sur le trône).

Il y a 132 ans tout juste aujourd’hui, le 17 mars 1871, un prisonnier pas comme les autres sortait de sa geôle. Emprisonné à Whilelmshlöhe (Allemagne) depuis le 5 septembre 1870, l’homme, interdit de retour sur le territoire français, allait alors passer en Belgique puis en Angleterre où il mourrait dix-huit mois plus tard. De qui s’agissait-il ?

En 1848, une nouvelle révolution chasse Louis-Philippe. C’est le début de la Deuxième République, laquelle se cherche, naturellement, un président.

C’est l’occasion pour Louis Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er, de jouer un rôle dans la vie politique. Il avait déjà sans succès tenté de renverser la Monarchie de Juillet en 1836 et 1840. Le 10 décembre 1848, il est régulièrement élu à la tête de l’Etat par 5,4 millions de voix contre 1,4 millions à son adversaire et prête serment à la constitution républicaine pour 4 ans : un mandat non renouvelable.

Connue à Paris le 3 septembre 1870, la défaite entraîne la chute du régime et la République (la « Troisième République ») est proclamée le 4 septembre 1870 (d’où le nom de la station de métro et de la rue) à l’Hôtel de Ville de Paris par Gambetta.

Louis Napoléon Bonaparte est envoyé en captivité par les Prussiens pendant que Bismarck poursuit l’invasion du territoire, encercle Paris (qui ne capitulera pas) et négocie avec le nouveau gouvernement le retrait des troupes allemandes du territoire français (janvier 1871) en échange d’une rançon énorme et de l’Alsace-Lorraine.

Le 17 mars 1871 suivant, malade, déchu et désormais inutile, Louis Napoléon Bonaparte est libéré et part pour un exil qui durera jusqu’en janvier 1873, date de sa mort. La république qui va lui succéder, conservatrice, laïque, bourgeoise, endettée et humiliée par la défaite, ne sera donc pas tendre pour le souvenir de « Napoléon III » qui pâtit encore de nos jours d’une image dégradée dans la mémoire collective, non sans raison.

Car Napoléon III, au-delà de ces succès, est, sur le plan international, un visionnaire. Il est partisan d’un découpage de l’Europe fondé sur les nationalités et non sur les archaïques possessions monarchiques issues de traités négociés hors de l’opinion des populations.Contrairement à son oncle, Napoléon III n’est pas un conquérant belliqueux mais se veut un libérateur des peuples opprimés, grâce à l’instauration d’un nouvel ordre européen. En 1870, les relations avec la Prusse de Guillaume II et de son chancelier Bismarck se tendent et la France lui déclare la guerre. Les hostilités, démarrées fin août 1870, tournent rapidement à l’avantage des Prussiens, mieux préparés techniquement et, au soir de la bataille de Sedan (1er septembre 1870), Napoléon III lui-même est fait prisonnier sur le champ de bataille.

Napoléon Bonaparte, le plus ignoble imposteur de l’Histoire de France. Ce despote fut un machiavélique affabulateur.

Je souhaiterais apporter quelques clartés sur les comportements et l’identité intérieure de l’aventurier Corse devenu, par des chemins qu’il faut connaître et grâce à des concours indispensables et bien calculés, le maître absolu de la France durant les quinze années qui aboutirent à laisser ce pays exsangue, miné, et réduit à des limites plus étroites même, qu’en 1792. Voyons un peu, d’abord, d’où sortait l’individu, et ce qu’il fit, au juste, jusqu’à sa vingt-quatrième année (1793).

Les Bonaparte, ils prononçaient leur nom « Bouonaparté » sont des Italiens installés en Corse depuis le XVII° siècle, le premier étant, semble-t-il, le commis d’une banque génoise auprès de sa succursale d’Ajaccio, et commençons par observer qu’ils sont bien loin, très loin, d’être « ces Bourbons » de l’île en qui l’empereur les métamorphosera, dans une de ses galéjades, innombrables, de Sainte-Hélène.

Car Buonaparté, qui sera le père de Napoléon est un personnage peu sûr, intrigant, débrouillard, escroc sur les bords. Epoux d’une fille de quatorze ans, il a une vilaine histoire, l’année suivante, à Rome, qu’était-il allé y faire ? Avec une jeune personne qu’il a engrossée, puis abandonnée, se repliant en hâte sur Ajaccio, muni de cinquante écus qu’il a emprunté et qu’il oublie de rendre. En 1768, Louis XV achète la Corse aux Génois, ce qui met en fureur la plupart des autochtones. On s’accommodait déjà fort mal de la domination génoise, pourtant relâchée ; la domination française se révèle autrement lourde, et ces occupants ont un dialecte inintelligible. Résistance. Insurrection. Le chef des rebelles se nomme Paoli. Carlo Buonaparté s’est mis fougueusement à son service. Paoli, en 1769, subit une lourde défaite, et doit s’expatrier. Carlo Buonaparté, aussitôt, change de camp, passe du côté du Roi de France, il collabore avec lui, et ferme en souriant les yeux sur la liaison affichée de sa très jeune femme, Letizia, avec le gouverneur français Marbeuf, un homme de plaisir que Paoli traitait

Des années studieuses passées par le jeune Buonaparté à l’Ecole militaire de Brienne, retenons un détail ; c’est là que surgit le premier de ces documents frauduleux dont s’entoure la mémoire de « l’empereur » une lettre qu’il aurait écrite en avril 1781, il a onze ans et demi et dont la perfection « stupéfie » M. Madelin ; une lettre à ses parents, d’une langue et d’une orthographe impeccables ; à neuf ans, quand il avait débarqué sur le continent, il ne savait pas un mot de français ; progrès, comme on voit, foudroyants ; et quelle grandeur dans le ton !! Quelle divination, déjà, de sa supériorité ! Ses condisciples, il les écrase de son mépris « il n’y en a parmi eux pas un seul qui ne me soit très inférieur par les sentiments dont mon âme (son âme de onze ans et demi) est enflammée ». Bornons-nous, pour apprécier l’authenticité de l’épître, à la rapprocher de deux billets, incontestables ceux-là, et du même rédacteur, l’un de juillet 1786 (dix-sept ans), l’autre de février 1793 (vingt-quatre ans). Le premier est adressé à un libraire « J’attends votre réponse pour vous envoyer l’argent à quoi cela montera » ; le second est à son colonel, pour lui faire savoir qu’il se rend de Bonifacio à Ajaccio ainsi, lui explique-t-il, « Je me trouverai le plus près de voir les nouvelles des commissaires, J’entend toujours pour « j’attends » de vos nouvelles. Je vairais de travailler à éclairer l’opinion ». Suffisamment « éclairée », je pense, par ces deux textes, notre « opinion » à nous sur la lettre-miracle de 1781.

A seize ans, Buonaparté (qui cache son prénom inusuel ; ses camarades de Brienne ont été grossiers à ce sujet, traduisant son « Napoléoné » en « La-paille-au-nez » ; il signe donc « C pour Carlo, sans doute de Buonaparte ») est nommé sous-lieutenant au régiment dit « de la Fère », dont une partie tient garnison à Valence. « Dans cette armée Royale, énonce avec majesté M. Jacques Bainville, tout était sérieux ». J’en veux pour preuve, en effet, que, sous Louis XVI, la moitié, je dis bien la moitié, du budget de la guerre était absorbée par la solde des officiers. Quant aux sous-lieutenants de seize ans, je doute un peu de l’ascendant que pouvaient exercer sur la troupe, en dépit de leur particule et de la morgue requise, ces gaminets à épaulettes, et surtout le Carlo-Napoléoné, de taille brève ( 1m 64) et court de pattes. Nouveau congé, de six mois, début septembre 1789. Six mois qui en feront seize. Bonaparte se libère de son service toute l’année 1790 et ne reparaît où il aurait dû être depuis le 1er mars 1790, que le 12 février 1791.

Mais l’affaire de Napoléon Bonaparte n’est pas le service de la France. La France ne sera jamais pour lui autre chose qu’un champ d’exploitation. Le seul souci du capitaine Bonaparte, en juin 1793, est de se procurer des ressources, et il a son thème : il se pose en victime ; montagnard (de fraîche date ; mais Salicetti est là pour masquer, en haut lieu, son tout récent passé de séparatiste corse), il a tout sacrifié à son idéal ; ses biens ont été confisqués par les réactionnaires Paolistes, ces malfaiteurs, ces antipatriotes ; en conséquence, martyr de sa foi, il a droit, et sa famille a droit comme lui, à une indemnisation substantielle.


Ce qu’il faut bien comprendre, lorsque l’on parle de Napoléon Bonaparte, c’est que toute idée largement humaine lui est étrangère ; pas l’ombre, en lui, d’une doctrine ; rien qui ressemble à un système qu’il aurait conçu, quel qu’il soit, de droite » ou de « gauche », pour le bien de la Collectivité.

Et pourquoi ? Parce qu'il était au solde l'Angleterre via aussi la royauté d'Italie.
D'ailleurs n'était-il pas marié avec une princesse italienne ?????

VOILÀ un autre LIEN AVEC LA COURONNE D'ANGLETERRE

Le tyran Corse, trouve plus commode de faire exterminer, dans les dunes, à l’arme blanche, afin d’économiser les munitions ; et il y aura, au retour, encore à Jaffa, l’autre incident les pestiférés. Les dévots de Napoléon ont longtemps maintenu la légende, et la peinture officielle s’en est mêlée, du général au grand cœur, touchant sans effroi les bubons de ses soldats mourants. Et que de cris pour protester contre l’infamie calomniatrice de la rumeur : mais non, Bonaparte n’a pas « touché les bubons » ; il les a fait tuer, ses malades !

« Les Pigeons voyageurs ont un seul but. Transmettre des messages. Tout au long de l'histoire, les Dirigeants mondiaux (Mafia Mondiale des cousins germains Ducs, Comtes, Princes, Empereurs, Rois…) se sont transmis des messages entre eux au moyen de pigeons. Des messages qui ont décidé du cours des événements qui ont changé le cours de l'histoire. Les Pigeons voyageurs sont fidèles et dévoués à leur tâche, ils volent au-delà des mers, et cependant ils ne s'arrêtent jamais assez longtemps pour ne serait-ce qu'étancher leur soif - n'accordant aucune considération à leurs propres besoins. Quand un pigeon est lâché, il prend la route directe vers sa destination. Dévoué pour remettre les messages précis sur lesquels l'histoire a été fondée… >>

LA NOBLESSE, qu’elles soit écossaise, prussienne, allemande, espagnole ou…… tous font allégeances à l’Angleterre ! Et leurs guerres ne sont que pour éliminer leurs pauvres et leurs citoyens pacifistes afin que de ne conserver que les brutes obéissantes. Et jamais les nobles (traîtres bourgeois= Ducs, Princes, Barons, Comtes….) des pays ne défendront leurs peuples contre la Monarchie qui les a tous mis en place à travers leurs guerres pour mater les populations de la terre.


=======================

L'empereur Napoléon 1er en 1804

- le 16 août 1800, Napoléon déclara :

« Si je gouvernais une nation juive, je rétablirais le Temple de Salomon »


================================


LES BATEAUX PIRATES DE…

SA MAJESTÉ LA COURONNE D’ANGLETERRE.

X1Xième siècle. JEAN LAFITE, pirate des mers (financé par la Banque de Napoléon), cousin Germain de Napoléon Bonaparte, se rallie à Sa Majesté d’Angleterre en 1812, année où l’Angleterre avait déclaré la guerre aux États-Unis. Ce pirate américain massacrait systématiquement les équipages et les passagers des bateaux qu’ils attaquaient. Il fut enrichit par les Banques, par ces mêmes Banques qui financèrent en même temps les guerres de Napoléon et paradoxalement celles des Révolutions. Et bien oui, les Banques sont de tous les partis, de tous les pays : elles sont les seules à tirer parties des guerres, des révolutions, de la pauvreté, de la misère et de la maladie….. En 1821, JEAN LAFITE libère NAPOLÉON prisonnier en Nouvelle-Orléans, mais certains on prétendu que Napoléon est mort durant son voyage et d’autres que Napoléon aurait trouvé refuge et aurait falsifié son identité pour terminer une vie en douceur. Jean Lafite ressurgit sous le faux-nom de JOHN LAFFIN, il est prospère, a de nombreux magasin et l’incroyable c’est qu’il entre en politique.En 1847, il rencontre le Président LINCOLN pour parler de la stratégie de la Doctrine Communiste. Et puis, Jean Lafite s’allie avec Engels et Karl Marx pour fomenter des révolutions (le Diviser-Pour-Régner de la Reine). Miantenant vous comprenez un peu mieux qui mènent. Les Britanniques par l’entremise de Jean Lafite ont financé entre autres la première édition du Manifeste du Parti Communiste…. Et devinez la suite et tout ce qu’ils ont pu faire.

Dans LES LÉGISLATIONS MARITIES il n’y a rien dans la défense du marin. Ce sont des pauvres des pays pauvres, des philippins, des asiatiques… tous de braves personnes qui essaient de gagner leurs vies du mieux qu’ils le peuvent.

Et c’est par la menace de LA LISTE NOIRE que les marins intimidés acceptent d’être sous-payés sans se plaindre tellement ils tiennent à travailler pour faire vivre leurs familles

Ils abusent des marins, ils sont mal rémunérés

Plus de 1 millions de marins travaillent sur les 40 000 CARGOS qui acheminent la marchandise de la mondialisation.

Plus de 2 600 marins meurent chaque année et des centaines par homicides et suicides.

La vie à bord n’est pas simple, il n’y a pas de témoins, n’importe qui peut jeter un marin par-dessus bord

Les responsables des navires préfèrent parler de suicide que d’homicides ainsi ils évitent d’indemniser les marins (assassinés)

Si un CARGO peut transporter 5 000 automobiles à travers l’Océan Pacifique

Alors pourquoi ne pourrions-nous pas fabriquer nos autos chez-nous

Les États spatiaux, des Ondes et Maritimes

==================


1797

26 octobre Napoléon est nommé à la tête de l'armée d'Angleterre.

1798 4 mai Napoléon quitte Paris en direction de l'Égypte.
19 mai La flotte française quitte Toulon en direction de l'Égypte.
11 juin Prise de Malte par les armées de Bonaparte.

1805 : 17 mars Napoléon devient roi d'Italie.
1806 : 15 février
Napoléon nomme son frère, Joseph au trône de Naples.
1807 :
18 août Napoléon nomme Jérôme Bonaparte roi de Westphalie.
5 juin Napoléon nomme Louis Bonaparte roi de Hollande.
1808 6 juin
Napoléon nomme Joseph roi d'Espagne. Une junte espagnole déclare la guerre à Napoléon.


Dans les lettres qu'elle a écrites et adressées au Prince Impérial, la reine Victoria a, par exemple, écrit :

"Pour mon cousin, le Prince Impérial, avec bien des voeux pour son bonheur; de la part de sa bien affectionnée cousine Victoria Regina". Pourquoi Victoria utilise-t'elle ce lien de parenté pensez-vous ? Rien de surprenant à ce que Victoria donne du "cousin" au prince imperial... Les familles royales et imperiales sont pratiquement toutes cousines a differents degrés

Napoleon III etait fils d'Hortense elle même issue de grandes familles

Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er.

En 1852, le Président se proclame Empereur, sous le nom de Napoléon III, et exile tous les républicains.



Officiellement Londres a créé
LE COMITÉ INTERNATIONAL DES RÉVOLUTIONS vers 1870 mais officieusement cette stratégie existait depuis bien longtemps.

BRITANNIQUES = CES FAISEURS DE GUERRES D'ENRICHISSEMENTS ET DE RÉVOLUTIONS POUR POUSSER LES BOURGEOIS À TUER LEURS CITOYENS

1798. Les Britanniques sont maîtres de la Méditerranée

Londres par ses pantins fit déclencher la Révolution éclate en 1789




Charles Bonaparte ayant fourni les preuves de noblesse de la famille, Napoléon est agréé par le ministère de la guerre pour entrer au collège militaire de Tiron, mais, suite à des défections, il est finalement admis à l’École royale militaire de Brienne-le-Château (Aube










Né à Rome, au palais Verospi le 15 novembre 1828, du mariage consanguin de Charles-Lucien, fils aîné de Lucien et de sa cousine germaine Zénaïde, fille aînée de Joseph, et baptisé par son arrière grand-oncle, le cardinal Fesch, avec pour parrain son cousin Louis-Napoléon, il a une vocation religieuse, à l'instar de sa tante Constance.

l prend l'habit ecclésiastique en mars 1854, est ordonné prêtre le 13 décembre 1857 et employé comme vicaire à l'église Santa-Maria In-Via-Lata, paroisse du palais Bonaparte. Il fait quelques séjours à Paris, où il ne se plaît guère, habitant, avec ses frères et soeurs, au 142 de la rue de Grenelle, l'hôtel, devenu l'ambassade de Suisse, que Napoléon III fit acheter pour servir de résidence parisienne à ses cousins. L'Empereur le nomme aumônier de la cour impériale, et Pie IX en fait un camérier secret. De santé délicate et d'une piété édifiante, préférant les oeuvres de charité aux postes de responsabilité, c'est un prêtre effacé, que rien ne prédispose à devenir un prince de l'Eglise. Il faut que le pape soit dans l'obligation de remercier le souverain français de l'intervention de ses troupes dans ses Etats en 1867, pour qu'il songe à en faire le premier et seul cardinal du nom de Bonaparte.

On sait que, pour défendre le patrimoine de Saint-Pierre contre les empiètements du jeune royaume d'Italie et les incursions des garibaldiens, Napoléon III, très influencé par l'Impératrice, décide, malgré l'avis contraire de son cousin Napoléon (Jérôme), gendre du roi Victor-Emmanuel, de venir au secours du Saint-Siège et envoie dans les Etats pontificaux un corps expéditionnaire commandé par le général de Failly, qui, en soutien des zouaves pontificaux, livre victorieusement bataille aux envahisseurs le 3 novembre 1867 à Mentana, sauvant ainsi provisoirement le domaine temporel de la papauté.

UN PETIT RAPPEL HISTORIQUE

L'Italie du Nord et les territoires alpins étaient une mosaïque de royaumes, de principautés, de duchés, de marquisats, de comtés, de protectorats, et ont été le théâtre incessant de luttes d'influence et de conflits entre l'Espagne, la Provence puis la France, les États de Savoie, l'Autriche, l'Angleterre, le Pape et l'Empereur germanique.

La Maison de Savoie a subi tous les aléas de l'histoire, qui se sont traduits par des fluctuations importantes de ses domaines au cours des siècles. Les territoires suivants ont appartenu à la famille de Savoie, à une époque ou à une autre : Beaufort, Beauges, Bugey, Bresse, Chablais, Faucigny, Gênes, Genevois (mais pas Genève), Maurienne, Pays de Gex, Pays Niçois, Oneille, Piémont, Sardaigne, Savoie Propre et avant-pays, Tarentaise, Vallée d'Aoste, Valais (en partie), Vaudois.



Victor-Emmanuel Ier de Savoie fut roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie de 1802 à 1821. Il était fils de Victor Amédée III, roi de Sardaigne, prince de Piémont et duc de Savoie, et de Marie Antoinette d'Espagne. Victor-Emmanuel II de Savoie (aussi connu sous le nom de Victor-Emmanuel II d'Italie,) est prince de Piémont, duc de Savoie et roi de Sardaigne de 1849 à 1861 et ensuite premier roi d'Italie du 14 mars 1861 à sa mort.


Victor-Amédée II de Sardaigne
Anne-Marie d'Orléans
Ernest-Léopold de Hesse-Rheinfels-Rotenburg
Eléonore de Löwenstein-Wertheim-Rochefort
Louis de France Le grand Dauphin
Marie-Anne-Christine de Bavière
Edouard II de Parme
Dorothée-Sophie de Bavière-Neubourg


Charles-Emmanuel III de Sardaigne
Polixène de Hesse-Rheinfels-Rotenburg
Philippe V d'Espagne
Elisabeth Farnèse


Victor-Amédée III de Sardaigne
Marie-Antoinette d'Espagne

Précédent Suivant
Victor-Emmanuel Ier
Roi de Sardaigne
Liste des descendants Retour au livre


Naissance :
24 juillet 1759 Turin, Italie

Décès :
10 janvier 1824 Moncalieri, Italie



Mariage : 1789 avec Marie-Thérèse d'Autriche-Modène

Ernest-Frédéric de Saxe-Coburg-Saalfeld
Sophie-Antonie de Brunswick-Wolfenbüttel
Henri XXIV de Reuss à Ebersdorf
Caroline-Ernestine d'Erbach-Schönberg


Georges-Christian de Waldstein-Wartenberg



François-Frédéric de Saxe-Coburg-Saalfeld
Augusta-Caroline de Reuss à Ebersdorf
François-Joseph de Kohary
Marie-Antonie de Waldstein-Wartenberg


Ferdinand Ier de Saxe-Coburg-Gotha
Antoinette de Kohary

Précédent Suivant
Victoire de Saxe-Cobourg-Gotha
Liste des descendants Retour au livre




Vittorio Emanuele di Savoia, (Naples, 12 février 1937) est le fils du dernier roi d'ItalieUmberto II et de Marie-José de Belgique, dernière reine d'Italie (fille du roi Albert Ier de Belgique). Il reçut le titre de prince de Naples à sa naissance, titre qu'il conserva jusqu'à ce qu'il devienne le chef de la Maison de Savoie et de la Maison royale d'Italie à la mort de son père. Il est le premier prétendant du titre de roi d'Italie en cas de retour de la monarchie dans ce pays. Son nom est traduit en français comme Victor-Emmanuel de Savoie.

La maison de Savoie compte plusieurs branches

Les nombreuses victoires initiales face aux diverses coalitions montées et financées par la Grande-Bretagne (devenue le Royaume-Uni en 1801), l’épopée impériale prend fin en 1815 avec la défaite de Waterloo.

==========================

Léopold I er
1790-1865

Léopold 1er
Léopold 1er
D'obédience luthérienne, Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha épouse en premières noces l'héritière du trône d'Angleterre, Charlotte, qui meurt après un an de mariage. Au début de 1830, il est pressenti pour le trône de Grèce qu'il refuse. Elu roi des Belges le 4 juin 1831, il prête serment le 21 juillet à Bruxelles. Léopold a accepté le trône à condition de pouvoir modifier la Constitution, notamment en ce qui concerne les frontières. Centralisateur, conservateur, unioniste, il consolide les institutions et étend son influence sur l'Europe afin de conserver la neutralité du pays. Léopold n'hésite pas à accentuer ses prérogatives royales. En fait, il trouve la constitution trop parlementaire et voudrait une révision, qui n'a jamais lieu. Il veut également minimiser l'emprise du Parlement sur l'exécutif, ce qui provoque la résistance de la Chambre et du Gouvernement. Il n'hésite pas protéger les banques, les Eglises et la franc-maçonnerie afin d'obtenir le soutien de l'opinion publique à ses idées. Voulant éviter les querelles partisanes susceptibles de déprécier la Belgique aux yeux des grandes puissances européennes, le roi forme des cabinets mixtes et leur donne une assise parlementaire unioniste. Léopold est également convaincu du prestige des familles royales. C'est pourquoi il épouse Louise-Marie d'Orléans en 1832. Il est également à la base du mariage de la reine Victoria d'Angleterre avec Albert de Saxe-Cobourg.
Léopold I er meurt en 1865.







CONCLUSION

Nous payons cher notre méconnaissance de l’Économie, des agissements des États et de leurs Banques, de voter au lieu de nous exprimer et nous donner notre Ligne de Parti Citoyenne.. !


Où sont les Historiens humanistes, libres d’expressions et qui oseront démontrer combien de tous temps les populations de la Terre ont voulu vivre harmonieusement : mais par contre qu’il était facile pour des esprits guerriers et malfaisants d’en faire ce qu’ils voulaient puisque l’humain en général ne se révolte pas et fait ce qu’on lui dicte.

Les historiens ne disent pas la poussée de ces peuples entiers qui ont grandi en accomplissant leurs invisibles, subtiles et silencieuses incompréhensibles destinés!

Le genre humain n’a jamais consenti à … :

a. toutes ces guerres monstrueuses

b. être réduit aussi passivement à l’état de prolétaire et de client

c. subir quotidiennement le terrorisme et l’épée de Damoclès de la pauvreté

d. cette École Obligatoire qui forme dans l’esprit antifraternel de la compétition

e. à vivre sous le Seuil de Pauvreté


L’Histoire va se souvenir de vous le jour où enfin un monde vivra sans l’obsession de l’argent, du combat et de la guerre. Ces populations-là vont s’horrifier de nos ‘’héros d’aujourd’hui’’, de nos ‘’winners’’, de nos idéologies dictées par l’économie mondiale de la compétition et du profit. Obliger tous les humains à la course folle de l’enrichissement : c’est d’une brutalité inqualifiable. Élus, ne le faites plus, et pour le mieux-être de tous, améliorez vos mentalités afin de faire profiter aux autres de votre bon cheminement de vie et de votre sagesse!

L’Histoire veut nous oublier. L’Histoire fait des cauchemars à cause de nos insignifiances et nos dépendances grotesques. Oui, l’Histoire ne veut plus se souvenir de nous, il ne veut plus nous voir vainement attendre des Messies et prier tout en laissant tout faire et fuir nos responsabilités à sécuriser tout le monde. L’Histoire n’en peut plus et à honte de nous. L’Histoire veut se faire oublier et mettre le feu à toute mémoire.


Il y avait une fois… Il y avait 7 milliards de fois

Il y avait 7 milliards de gens merveilleux, 7 milliards d’étoiles mais conditionnés aux mentalités antifraternelles élitistes du mérite et de la division les uns contre les autres par l’esprit du combat et de la compétition des Pays Conquérants. 7 milliards d’humains ainsi programmés et rendus méconnaissables pour que l’Histoire ne les présente jamais sur leurs bons côtés fraternels. Alors, voilà pourquoi l’Histoire n’a jamais parlé des peuples pacifiques qui savaient assurer à tous leurs membres la sécurité de vie, d’alimentation et financière.




==============================


La Banque de France est créée par Napoléon Bonaparte le 18 janvier 1800 (28 nivôse an VIII).

==============================



LAFFITTE, Jacques (1767-1844), banquier, homme politique


Les débuts à Paris

Celui qui sera surnommé le " roi des banquiers " et le " banquier des rois " est né à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), le 24 octobre 1767, dans une famille nombreuse, sans grandes ressources. Son père, Pierre Laffitte (mort en 1789) était maître charpentier et dut élever ses dix enfants (4 fils dont Jacques, et 6 filles).

Jacques fait peu d'études. À 12 ans, il est apprenti charpentier chez son père ; pendant deux ans, troisième clerc chez un notaire à Bayonne ; puis, à 14 ans, il entre comme commis chez M. Formalaguès, négociant à Bayonne.
En 1788 (il a 21 ans), il monte à Paris avec une lettre de recommandation de son patron négociant pour le banquier Jean Frédéric Perrégaux (1744-1808). Selon la légende, en le voyant ramasser une épingle dans la cour de son hôtel, le banquier, qui l'avait tout d'abord éconduit, se ravise et engage ce jeune homme comme teneur de livres dans sa banque.
La confiance de Perrégaux était bien placée : très vite, Laffitte montre, pour les affaires, une aptitude remarquable. En 1790, ses appointements sont portés à 3 000 francs. " Ce jour-là, dira-t-il, je crus posséder le Pérou. Mes petites dépenses bien ordonnées et toutes payées, il me restait 125 francs d'économies, 23 ans d'âge et le roi n'était pas mon cousin ". En l'an II, il est intéressé aux bénéfices.

Sous la Révolution, la banque Perrégaux, en raison de ses relations avec l'étranger, est la banque du Comité de Salut public. En l'an VIII, Perrégaux est dans la mouvance favorable au coup d'État et il sera l'un des conseillers financiers de Napoléon.

Sous le Consulat et l'Empire

En floréal an IX (mai 1801) Jacques Laffitte épouse Marine Françoise Laeut, née vers 1783 (décédée en 1849), fille de Jean-Baptiste Laeut, alors dit " ancien négociant et auparavant capitaine de navire " et de Madeleine Angélique Chambrelan, demeurant au Havre.
Le 23 février 1806, Perrégaux associe Laffitte à ses affaires, sous la raison sociale " Perrégaux et Cie " (3/4 du capital social à Perrégaux, 1/4 à Laffitte). Mais, la mauvaise santé de Perrégaux entraîne sa dissolution anticipée. Une nouvelle société est constituée le 29 décembre 1807, pour une durée de 10 ans, sous la raison sociale " Perrégaux, Laffitte et Cie " (50 % du capital social à Laffitte, chef et gérant, 25 % à Perrégaux fils, commanditaire (1) et 25 % à la fille de Perrégaux, commanditaire) (2). Rapidement, elle devient la première banque de Paris et l'une des plus puissantes banques européennes.

Le 19 janvier 1809, Laffitte est nommé régent de la Banque de France, au fauteuil n° 1, en remplacement de Perrégaux décédé (il assurera cette fonction jusqu'en 1831). D'autre part, il est juge au Tribunal de commerce de la Seine dès 1809 et président de la Chambre de commerce (2 mai 1810 au 14 mai 1811).
Le 6 avril 1814, il est nommé gouverneur " provisoire " de la Banque de France (il occupera cette fonction jusqu'en 1820 et sera alors remplacé par Gaudin, duc de Gaëte).

En 1810, il demeure 27, rue de Gramont, à Paris (2e) (Almanach impérial, 1810, p. 616) ; dès 1815, au n° 9, puis 11, rue du Montblanc (redevenue depuis 1816, rue de la Chaussée d'Antin) à Paris IXe ; en 1822, rue d'Artois n° 19, devenue en 1830, de son vivant, la rue Laffitte IXe, aujourd'hui n° 27).
Après Waterloo et l'abdication (22 juin 1815), l'Empereur, avant de partir pour Rochefort, le reçoit à Malmaison, le 26 juin, lui fait remettre par Peyrusse une somme de 6 millions de francs et refuse toute reconnaissance de dette. Cependant, Laffitte lui envoie une lettre de crédit sur ses correspondants en Amérique. À Sainte-Hélène, Napoléon, par testament, léguera la moitié de cette somme à Montholon.
La fortune de Laffitte est très importante. En 1818, il achète à la maréchale Lannes, duchesse de Montebello, le château de Maisons-sur-Seine, aujourd'hui, Maisons-Laffitte, Yvelines (Répertoire mondial des Souvenirs et Monuments napoléoniens, 1994, Ed. SPM, p. 327). Il possède aussi deux autres châteaux : à Meudon (Hauts-de-Seine), 23, route des Gardes (Répertoire mondial..., p. 373) et à Breteuil-sur-Yton (Eure), au coin de la place et de la rue Laffitte (Répertoire mondial..., p. 101).

Après l'Empire

Sous la Restauration, Laffitte modifie, à trois reprises, les bases de la société bancaire, en 1817, 1823 et 1827-1828, sous la même raison sociale " Jacques Laffitte et Cie " (le fils Perrégaux reste dans la société).

D'autre part, il entre en politique : en 1816, il est élu député de la Seine et sera réélu jusqu'en 1830. Il siège dans l'opposition libérale.
En 1821, il inaugure la souscription pour les enfants du général Foy par un don de 50 000 francs. En 1830, il finance le journal Le National, et il est l'un des instigateurs de la chute de Charles X et de l'accession au trône de Louis-Philippe (son hôtel de la rue d'Artois est le centre de l'agitation) (3). Il est président du conseil, avec le portefeuille des Finances, du 2 novembre 1830 au 13 mars 1831. Mais la crise de 1830-1831, ses fonctions politiques et ses munificences font qu'il est presque ruiné lorsqu'il quitte le ministère. Il doit liquider sa banque et n'évite la faillite que grâce à une avance de la Banque de France garantie par les biens de la liquidation et sa fortune personnelle. Une souscription nationale rachète son hôtel de la rue d'Artois (rue Laffitte) pour le lui offrir ; sa femme vend ses diamants et lui en remet le prix.
En 1836, il remonte une banque d'affaires : la " Caisse générale du commerce et de l'industrie J. Laffitte et Cie ", pour le petit commerce et sa fortune, qui pouvait être évaluée, au temps de sa splendeur, à 20-25 millions, est ramenée à 4 millions (plus le château de Maisons et son hôtel parisien). Réélu à la chambre, il siège encore dans l'opposition et déclare amèrement : " Je demande pardon à Dieu et aux hommes d'avoir concouru à la révolution de Juillet ".
Au lendemain des journées de juillet 1830, il avait fondé la loge " Les trois jours " à l'Orient de Paris, dont il fut le vénérable.

Jacques Laffitte meurt à Paris, dans son hôtel de la rue Laffitte, le 26 mai 1844, à 77 ans. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, 30e division (chapelle avenue des Acacias, 1re ligne : Répertoire mondial..., p. 305).
Ses Mémoires, publiés par Paul Duchon, à Paris, en 1932, sont très anecdotiques (J. Tulard, Bibliographie critique..., 1971, p. 95).

Sa fille unique, Albine Étiennette Marguerite Laffitte (décédée en 1881) s'était mariée, le 26 janvier 1828, avec Joseph Napoléon Ney (1803-1857), prince de La Moskowa, alors officier au service de la Suède, fils aîné du maréchal de l'Empire (sous le Second Empire, il sera nommé général de brigade et sénateur).

À Sainte-Hélène, Napoléon a jugé Laffitte : " Je vous connais Monsieur Laffitte, je sais que vous n'aimez pas mon gouvernement, mais je vous tiens pour un honnête homme " (André Palluel, Dictionnaire de l'Empereur, Plon, 1969, p. 685) (4)


===================================

De Londres à Paris, cette dynastie de la finance est devenue le symbole des riches familles juives dont le seul nom évoque le pouvoir et l'argent. Jusqu'au mythe.


C'est encore le baron Edmond qui en parlait avec le plus de souffle: «Un Rothschild qui n'est pas riche, pas juif, pas philanthrope, pas banquier, pas travailleur et qui ne mène pas un certain train de vie n'est pas un Rothschild.» Qui dit mieux?

Au commencement, il y a l'existence pauvre et malmenée d'un ancêtre, fils de quincaillier... devenu banquier des princes. Mayer Amschel voit le jour en 1744 dans la sinistre rue aux Juifs du ghetto de Francfort, où l'enseigne de l'échoppe sert de patronyme à la famille. Ainsi naît Rotes Schild (écu rouge). Le jeune Mayer a la bosse des affaires et, à 12 ans, il se spécialise dans le négoce des monnaies anciennes pour, très vite, gérer la fortune des grands, dont Guillaume Ier, électeur de Hesse-Kassel. De son mariage, il a cinq garçons. Placés chacun à la tête d'une filiale européenne de la société familiale, à Francfort, Londres, Paris, Vienne et Naples, ceux-ci n'en finiront plus d'écrire la saga dynastique.


=================
Un petit rappel historique
pour nous contextualiser
================

Carlo Buonaparte [Charles Marie de Bonaparte] (1746-1785), le père de Napoléon I er,

33 - Entretenir par lettres, et lorsqu'on pourra la voir, l'impératrice Marie-Louise, de l'estime et des sentiments que j'ai eus pour elle, et lui recommander toujours mon fils, qui n'a de ressources que de son côté.

L’ANGLETERRE, PAR SES BANQUIERS INFILTRÉS DANS TOUS LES PAYS, LES ENDETTENT POUR LES TENIR POLITIQUEMENT

LES BANQUIERS MERCENAIRES

Mayer Amschel Bauer était né au milieu du XV11!ième siècle et travaillait pour le Prince William de Hanau dans la capacité d'agent pour le commerce international des mercenaires du prince. Il a changé son nom en Rothschild. Il établit ses cinq fils dans les villes européenes, Anslem à Frankfurt, Solomon ã Vienna, Nathan à Londres, Charles à Naples et James à Paris.

Les Rotschilds… Banquiers des rois et des Etats à l'origine. Ils étaient spécialisés dans le négoce international comme le trafic à large échelle des marchandises, des monnaies, des métaux entre états et entre continents. L'histoire demontre que les Rothschilds furent impliqués fortement à financer les deux côtés dans la guerre civile. Ces banques avaient un caractère cosmopolites, des réseaux de correspondance d’amis et de parents en Europe, en Amérique et en Extrême Orient.

Lincoln tenta de les empecher de développer leurs activités. En 1862 il refusa de payer l'excessif taux d'interêt que les Rothschilds avaient demandé et il émit les billets des États Unis autorisés constitutionnellement et degagé d'interêt. Son assassinat en 1865 tira son origine probablement de cet evenement.

L'encyclopedie juive declare que la grand fortune que les Rothschilds entassaient était la conséquence de la tromperie, c'est-à-dire que Mayer Rothschild détourna de l'argent, $3,000,000, que son patron l'avait confié au moment pour que le prince puisse s’échapper du Danemark.

On peut dire que la maison Rothschild de cette époque était une véritable haute banque dès 1811, avec les cinq fils, qui étaient à la fois présente à Francfort(Anselme), Londres (Nathan) et Paris (Jacob) et quelques années plus tard aussi à Vienne (Salomon) et Naples (Charles). La maison Rothschild était l’une des rares « hautes banques« internationales, ils réglaient beaucoup de transactions après guerre entre Vienne, Paris et Londres. James à Paris et Nathan à Londres recevraient le rang de «consuls généraux «d’Autriche, qui devrait leur faciliter les contacts avec le monde politique et les milieux d’affaires. Le 29 septembre 1822 les cinq frères étaient élevé par le gouvernement à Vienne au titre de Baron, ainsi que leurs descendants des deux sexes.

JAMES épousa Betty, la fille de son frère Salomon.

Le capital de la Banque Rotschils était de 102 million $ avec celui de la deuxième banque, la banque Lafitte, qui n’avait que 7 million $.... on voit donc la puissance (britannique) des Rotschilds à côté de la banque de France tenue par Perregaux/Lafite.

De l’été 1830 jusqu’au printemps 1833, James, Salomon et Nathan ont joué le rôle singulier d’entremetteur officieux entre Louis-Philippe et Londres. En même temps, Nathan est devenu le premier «foreign banker « à Londres, un titre bien apprécié dans ce metier sur la plus grande place du monde. Il arrivait à adapter parfaitement ses affaires financières aux intérêts anglais, mais il restait cependant un banquier de vieux style sans aucune audace et aucune intuition industrielle. Il comptait parmi les six «maison «, qui tenaient le marché de l’or et il a excellé aussi dans les placements en Angleterre d’emprunts européens et sud-américains.

Il a aussi dû renoncer, comme citoyen britannique, à son titre de baron d’origine autrichienne. En juillet 1836 Nathan est mort à Francfort en Allemagne, où il a assisté au mariage de son second fils Lionel avec la fille de son frère Charles. Nathan était une personnalité plutôt froide et arrogante. Dans la société anglaise à laquelle il était parfaitement intégré il n’ a jamais essayé d’être quelqu’un qu’il n’était pas. Nathan a ignoré les raffinements mondains et il a conservé des manières brutales et discourtoises. Agé, il est devenu irritable, misanthrope et violent.

James Rotschild, de son coté, a lutté contre les Péreire en France sur le terrain boursier aussi bien que sur le terrain politique. Quelques heures après la parution du décret, autorisant le Crédit Mobilier, l’institution bancaire des frères, il écrivait une lettre à Louis-Napoleon-Bonaparteen décrivant le danger d’une telle banque en donnant au peuple trop de puissance (une autre pensée criminelle contre les peuples et l’égalité).

A cette époque James restait le seul représentant des fondateurs de l’ancien age. A Londres Lionel, le fils de Nathan, avaient déjà bien remplacé son père; à Vienne Anselme continuait les affaires de son père Salomon, mort en 1855; à Naples et à Francfort, les " vieux" Rothschild Charles et Anselme sont descendus en 1855.

Il y avait la banque berlinoise Goldschmidt, parce que Goldschmidt avait épousé une Rothschild en 1871.

Entre 1860 et 1876 l’Italie, le Brésil, l’Espagne, l’Autriche et le Turquie ont passé par son intermédiaire obligé pour emprunter à la caisse britannique. Dans ces années les Rothschild avaient un rôle singulièrement important par rapport à la question d’Egypte. Ils ont beaucoup contribué à fixer dans cette partie du monde méditerranéen les " intérêts permanents" de l’Angleterre. Nathaniel, le fils de Lionel, qui l’a suivi à la tête de l’entreprise, après sa mort en 1878, était le premier Rothschild anobli en Angleterre. Son frère cadet, Alfred, s’est intéressé plutôt à la politique; dans ce métier il a essayé de rapprocher l’Angleterre et l’Allemagne.

Même s’ils étaient méprisés, en tant qu’hommes d’argent et israélites, la haute société n’était pas moins charmée d’aller chez eux, où la meilleure compagnie de Londres, Vienne et Paris se réunissait.

Pendant la première guerre mondiale Edouard a soutenu lEtat français en lui prêtant le nom de linstitution pour cacher des crédits effectués aux Etats-Unis (Unis sur les champs de bataille, nous le sommes aussi financièrement

La deuxième guerre mondiale

Avant la seconde guerre mondiale, le second fils d′Edmond de Rothschild, Maurice a repris la succession se son père dans la banque De Rothschild Frères. Dès 1936 Maurice a cédé ses droits dans l′association à ses cousins Edouard et Robert.

Après la guerre. Il réunissait, au titre de représentant de la banque de nombreuses sociétés comme Royal-Dutch-Shell, la SAGA…etc. Après la vague de nationalisation de tous les secteurs clés de léconomie en 1982, sous la présidence de François Mitterrand, on a décidé de former une véritable banque dinvestissement à New York,à partir dune vielle succursale. Ensemble avec les cousins de lAngleterre les Rothschild créaient Rothschild Inc. Avec le recrutement de Robert Pirie, une des célébrités de la Wallstreet et de Nathaniel Rothschild, le fils dElie et un vrai américain (Harvard-Business-School diplôme….)on avait aussi des personnalités assez fortes pour établir cette nouvelle institution sur le champs de bataille de Manhattan.

En plus de David, il y a aujourdhui encore trois autres Rothschild, qui occupent des postes stratégiques dans la banque: Edouard, le demi-frère, qui est associé-general à Paris; Eric, qui est chargé de défendre la marque et de gérer Château Laffitte; et Philippe de Nicolay, aussi un demi-frère, qui soccupe de la gestion dactions.

L’une des oeuvres les plus importants et historiques était, sans doute, l’aide apporté à la colonialisation juive (que des juifs bourgeois et qui payaient un certain montant) en Palestine à partir de 1882 par l’un des fils de James, Edmond (1845-1934).

Il a financé l’installation en Palestine; quelques temps plus tard, à la fin du siècle, le mouvement sioniste s’est développé sous l’impulsion de l’écrivain austro-hongrois Theodor-Herzl oeuvre: L’Etat Juif).

" Il y avaient pourtant des différences entre Herzl et Edmond par rapport aux fondements de cet état. Edmond aurait defini le sionisme comme : Un juif américain qui donne de l’argent à un juif anglais pour amener un juif polonais en Palestine" .

Jean-Frédéric Perregaux

Jean-Frédéric Perregaux, banquier suisse installé à Paris. Né en 1716, a été jusqu’en 1740 officier au service de la France. Il fit l’apprentissage du commerce et de la finance à Mulhouse où il apprit l’allemand, Amsterdam et Londres (espion britannique ???), puis il s’installa à Paris en 1765 où il travailla pour Jacques Necker[1] et fréquenta le salon de Mme Thélusson.

À sa mort, le 17 février 1808, il légua sa banque à LAFITE qui s=devenu très riche. 1818 : Gouverneur de la Banque de France, il prête à nouveau 5 millions de francs à la ville de Paris,… 1844 : Il meurt presque ruiné après avoir demandé pardon à Dieu et aux hommes du rôle joué par lui lors de la Révolution de 1830.

Il spécula sur les blés, probablement aussi sur les fonds importants qui lui étaient confiés par les émigrés et qu’il se chargeait de transférer à l’étranger où il avait des correspondants dans presque toutes les capitales. Il spécula surtout sur les évènements de la Révolution qui, au plan international, pourraient permettre, à terme, d’avancer les affaires de l’Angleterre et de la Suisse, donc les siennes propres. Lui et les siens, la banque suisse en général, avaient de gros intérêt à Londres. Perregaux est Suisse, (et) son frère était capitaine dans un régiment suisse. Il a été aide de camp de La Fayette et son homme de confiance,…

Il était le banquier de lord Malmesbury, et, en 1790, il était l’ami intime et le banquier de milord (Robert) Fitzgerald, ambassadeur d’Angleterre et à présent ambassadeur en Suisse. il était aussi le banquier et l’ami de Wickham et de Crauwfurd qui demeurait rue de Clichy et qui est actuellement en Suisse.

Perregaux est l’ami du major Gall, espion de l’Angleterre qui demeurait à Paris, boulevard de Bonne nouvelle.

En 1792, il faisait passer des fonds énormes en Suisse. Depuis cette époque, il est associé dans les finances de la France et a fait des voyages multipliés en Suisse et à Genève. Il est lié intimement avec Necker et toute sa famille. Son associé est un nomme Gumpelsheimer, natif de Francfort[32], jadis premier commis de Bethmann, banquier de l’empereur[33] à Franfort, royaliste éhonté. Perregaux est en outre l’ami intime des deux Barthélemy (dont l’ambassadeur du Directoire en Suisse). Il est à craindre que, dans ce moment, il ne fasse passer des fonds en Suisse ou qu’il ne les retire pour les porter ailleurs.

Testament de Napoléon Bonaparte
17 mars 1821

‘’ … Je recommande à mon fils de ne jamais oublier qu'il est né prince français, et de ne jamais se prêter à être un instrument entre les mains des triumvirs qui oppriment les peuples de l'Europe. Il ne doit jamais combattre, ni nuire en aucune autre manière à la France , il doit adopter ma devise : Tout pour le peuple français…. Je meurs prématurément, assassiné par l'oligarchie anglaise et son sicaire ; …

ROTSCHILDS ( nom d’origine ‘’GOLDSMITH)

Le nom Rothschild remonte à Isaac Elchanan Rothschild, qui empruntait son patronage à une petite maison située au sud de la Judengasse, appelée " Zum Roten Schild" (trad.: à lécusson rouge).

LEWIS GOLDSMITH (c. 1763-1846), journaliste anglo-français, d'ascendance judéo-portugaise, est né près de Londres au sujet de 1763. Il a déménagé, en 1802, de l'Angleterre à Paris . Il était chargé d’une mission britannique de tuer Louis XVIII si il refusait l’offre de renoncer à la prétention du trône de France : mais, au lieu de l'exécution de ces ordres, il a révélé le complot. En 1809, il retourna en Angleterre.

A Francfort la Judengasse , où vivait la communauté juive la plus importante dAllemagne , était lendroit le plus insalubre et surpeuplé de toute la ville.

La famille Rothschild occupait une maison délabrée dans la cour du n° 188. A l′époque de Mayer Amschel, Francfort était déjà un centre commercial important, une cité de marchands, de banques et d′artisans. En fait, la ville bénéficiait dune situation géographique exceptionnelle, au carrefour de cinq voies principales, qui reliaient lAngleterre et les Pays-Bas en Russie, et Venise et la France aux villes hanséatiques du Nord. Cette ville vivait sous un régime despotique où les confréries (britanniques) des marchands dépices et de brasseurs sy partageait le pouvoir local.

A cette époque Nathan sest directement installé à Manchester, après quelques semaines dapprentissage chez Lévi Barent Cohen, le banquier de son père à Londres. Grâce à sa position bien établie à Manchester, Nathan pouvait approvisionner les troupes anglaises qui samassaient sur le continent.

Amschel, maintien l’union entre ses frères et ils devinrent les hommes les plus riches d’Allemagne . Le 18 septembre 1812 Mayer-Amschel est mort à 69 ans. Pendant les funérailles la Judengasse était bordée de femme et d’enfants (probablement ses nombreuses concubines avec ses enfants).

LES BANQUIERS AU SOLDE DE L’ANGLETERRE S’INTRODUISENT DANS TOUS LES PAYS

Jacques Necker, BANQUIER GENEVOIS, Protestant,

Jacques Necker est le deuxième fils de Charles Frédéric Necker, avocat à Custrin, en Brandebourg, devenu citoyen de la République de Genève le 28 janvier 1726, et de sa femme née Jeanne Gautier, fille du premier syndic Gautier. De cette union naîtra Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein (1766-1817), écrivaine connue sous le nom de Mme de Staël. Sa femme, Suzanne Curchod, créa un salon littéraire parce qu’elle a compris et mesuré l’influence des écrivains sur l’opinion. Louis XVI à rappelé Necker, qui est nommé « directeur général des finances » le 25 août 1788. Deux jours plus tard, Necker reçoit le titre de ministre d'État qui lui donne accès aux Conseils. Après sa démission, Necker se retire en Suisse au château de Coppet

Le 7 mai 1786, le général Henry Dalrymple lui écrivait de Londres pour lui recommander le banquier Robert Herries qui devint son bras droit, pendant la Révolution et la Terreur pour créer, à la Commune de paris, les conditions de la violence dans la France jacobine, mais à cette époque, on ne parlait encore que du traité de commerce entre la France et l’Angleterre auquel Perregaux a pris part : « Sir Robert (Herries), écrivait-il, possède une grande connaissance utile sur le sujet des arrangements commerciaux que l’on propose de faire, et il est comme vous un chaleureux partisan de toute mesure jugée suffisante pour mettre fin à ces mesquines hostilités commerciales qui ont depuis si longtemps déshonoré les deux pays…[7]. » Par cette lettre, on voit que Perregaux entretient des relations avec deux authentiques amis de la liberté, à savoir le marquis de La Fayette et Thomas Jefferson (a été le troisième président des États-Unis d'Amérique), ministre plénipotentiaire à Paris, à qui Dalrymple demande au banquier suisse de transmettre l’expression de ses sentiments respectueux.


=========================

La détention de Napoléon Ier

Dès 1657, elle a été possession de la Compagnie anglaise des Indes orientales Elle est essentiellement connue comme lieu d'emprisonnement de Napoléon de 1815 à sa mort le 5 mai 1821. En 1890, le chef zoulou Dinizulu a été à son tour détenu sur l'île. Durant la seconde Guerre des Boers, les Britanniques ont également fait emprisonner 6 000 Boers dont le Général Piet Cronje.

Île forteresse sur le passage des navires de la compagnie des Indes. L'île est nommée en l'honneur d'Hélène, mère de Constantin Ier. Il n'existe pas de population indigène sur l'île. Les habitants de l'île sont blancs (descendants de Britanniques), noirs (descendants d'esclaves) et Chinois. Tous les habitants parlent anglais ; il n'y a jamais eu de créole et les populations d'origine non britannique ont perdu leur langue d'origine. L'île n'est accessible que par bateau. Un navire britannique le RMS St Helena (RMS pour Royal Mail Service, le dernier bateau postal britannique encore en service), mi-cargo mi-paquebot fait la liaison avec l'Afrique du Sud. L'île ne possède pas de port à quai. Après beaucoup de controverses, un aéroport est en cours de construction et devrait ouvrir en 2010. Suite à la défaite lors de la bataille de Waterloo, Napoléon fut exilé et déporté par les Britanniques sur l'île Sainte-Hélène où il débarqua en octobre 1815. L'arrivée de Napoléon entraîna une augmentation sensible de la population de l'île : près de 2 000 soldats et 500 marins de la flottille de guerre, ainsi que des officiels du gouvernement britannique, accompagnés de leurs familles, sans oublier la petite colonie française qui vivait dans l'entourage de Napoléon.

==================

JOSÉPHINE
FEMME DE NAPOLÉON 1er

Joséphine de Beauharnais, de son vrai nom Marie-Josèphe de Tascher de La Pagerie, fut la première épouse de l'empereur Napoléon Ier. Née à Trois Ilets en Martinique le 23 juin 1763
Décédée à Rueil-Malmaison le 29 mai 1814


Après une vie de couple tumultueuse, ils se séparèrent en 1809.
Joséphine de Beauharnais a des liens de parenté avec les rois actuels de Suède, de Belgique, du Luxembourg ou encore de la Grèce.
De son vrai nom Marie-Josèphe Rose Tascher de la Pagerie, Joséphine de Beauharnais a passé son enfance en Martinique dans une famille créole de planteurs français, avant de venir en Métropole et de se marier avec le vicomte de Beauharnais en 1779. ll fut président de l'Assemblée législative lorsque Louis XVI s'est enfui des Tuileries et fût arrêté à Varennes. Il fut aussi maire de la Ferté-Avrain, en Sologne, rebaptisée en son honneur la Ferté-Beauharnais. Il est mort, guillotiné, en 1794, quelques jours avant la chute de Robespierre. Alexandre et Rose s'étaient séparés peu avant la Révolution. De cette union naquit deux enfants, Eugène et Hortense. Napoléon Bonaparte les a adoptés en épousant celle qu'il appellera désormais Joséphine après leur mariage en 1796.

L’Empereur et son impératrice, Joséphine De Beauharnais, fille de famille esclavagiste martiniquaise, n’acceptent pas que des Nègres osent défier le pouvoir « Blanc »

Les malaises de l'Impératrice

Le 10 mai, brusquement, la santé de l'ex-Impératrice vacilla sans raison apparente. Georgette Ducrest, l'une de ses dames d'honneur rapportera : «L'Empereur Alexandre alla voir l'Impératrice Joséphine le 10 mai, et dîna à la Malmaison. Elle resta dans le salon malgré des souffrances réelles qu'elle cherchait à combattre. On fit une partie de barres après le dîner sur la belle pelouse qui est devant le palais; elle essaya d'y prendre part; mais ses forces la trahirent, et elle fut contrainte à s'asseoir. Sa figure altérée fut remarquée; on lui fit mille questions auxquelles elle répondit en souriant; elle assura qu'un peu de repos la remettrait; on se retira espérant qu'en effet elle serait mieux le lendemain. Le jour suivant, cherchant à calmer les inquiétudes que faisaient naître son état, elle voulut faire sa promenade accoutumée, mais elle se trouva complètement mal, et fut ramenée dans sa chambre dans un état de faiblesse fort alarmant. La journée ne fut pas bonne. Elle eut plusieurs évanouissements. La nuit fut plus mauvaise encore; une sorte de délire s'était déjà emparé d'elle; fortement agitée, elle parlait beaucoup, bien que son médecin le lui eût défendu expressément».(16) Pourtant, sur cette période, la duchesse d'Abrantès écrit : «Cependant, elle n'avait jamais été si fraîche et si belle. L'apparence de la santé était sur son visage.» (17) Désireux de connaître la propriété d'Hortense à Saint-Leu, le tsar Alexandre manifesta le désir de s'y rendre avec une telle insistance que Joséphine lui glissa : «Il ne faut pas que votre majesté s'attende à trouver une maison royale; ma fille et moi ne sommes plus que des femmes du monde, et, en venant chez Hortense, il faut que votre majesté y vienne avec toute son indulgence.» (18)

Joséphine et sa fille acceptèrent donc de recevoir le tsar à Saint-Leu, le 14 mai. De nouveau, à l'occasion d'une promenade dans le parc, après le déjeuner, Joséphine fut prise de nouveaux malaises. «Son fils, qui était auprès d'elle dans le char-à-banc, crut un moment qu'elle allait s'évanouir. De retour au château, elle se trouva si fatiguée qu'elle fut obligée de se coucher sur une chaise longue, et là elle fut pendant une heure assez souffrante pour inquiéter...» (19) ....................

Le lendemain 27 mai, nouvelle rechute. L'Impératrice accepta enfin d'être auscultée par le docteur sir James Wylie (1765-1854), chirurgien du tsar Alexandre, qui déclara à Hortense : «Je trouve sa majesté bien mal, il faudrait la couvrir de vésicatoires.»(26) Il lui annonça la visite du tsar pour le lendemain. Le matin du 28 à 10 heures, la duchesse d'Abrantès se présenta comme convenu à Malmaison en compagnie de lord Catheart. Elle fut accueillie par monsieur de Beaumont, chambellan, qui lui apprit «que l'Impératrice était dans son lit avec de la fièvre, et que le vice-roi [Eugène] était également malade. On attendait l'Empereur de Russie, car la maladie était venue si promptement, qu'on n'avait pas eu le temps nécessaire pour le faire avertir...» (27) La duchesse et lord Catheart repartirent sur Paris sans avoir pu voir l'Impératrice. Le docteur Horeau, prit (?) alors conscience de la gravité de l'état de sa patiente et jugea sa tête «entreprise comme si elle eût été dans l'ivresse». (28) Hortense (?) fit alors appel aux docteurs Bourdois [médecin de Talleyrand], Lamoureux et Lasserre qui diagnostiquèrent une esquinancie infectieuse. Désormais, l'Impératrice, sans forces, ne parvint plus à prononcer le moindre mot de façon compréhensible et glissa irrémédiablement vers la mort.

Mort de l'Impératrice À 50 ANS

Dans une noble intention et pour servir à la légende de l'Impératrice, Georgette Ducrest lui attribua pourtant ces paroles qu'elle n'a probablement jamais prononcées : «Au moins, dit Joséphine d'une voix expirante, je mourrai regrettée; j'ai toujours désiré le bonheur de la France; j'ai fait tout ce qui a été en mon pouvoir pour y contribuer; et je puis vous dire avec vérité, à vous qui êtes présents à mes derniers moments, que la première femme de Napoléon n'a jamais fait verser une larme.» (29)


LE PRINCE PHILIP, mari de la reine Élisabeth 11
On ne saurait clore ce bref survol sans s’arrêter un instant sur Philippe d’Édimbourg, le mari de la reine. Les époux sont cousins issus de germains. Bien que descendant de quatre familles royales (grecque, anglaise, danoise, russe), Philippe est né, après ses quatre sœurs, en 1921, sur la table de cuisine d’une petite maison de Corfou, sans eau, sans gaz, ni électricité. Son premier contact avec le monde fut donc une toile cirée. Son père était un Allemand, prince de Grèce, et sa mère une Allemande de la famille des Battenberg. Il apprit à communiquer par la langue des signes avec sa mère, sourde depuis la petite enfance. À sa naissance, Philippe fut victime des vicissitudes de l’Histoire de la famille royale grecque. Son père, ayant servi le roi Constantin 1er obligé de s’exiler après la guerre gréco-turque de 1919-1922, fut banni de Grèce et s’installa neuf ans en banlieue parisienne (dans une maison louée par Marie Bonaparte, la protectrice de Freud), où ils vécut de la charité de ses royales familles. En 1930, les autres sœurs de Philippe, qui avaient été élevées en Allemagne, épousèrent des dignitaires allemands (deux princes, un margrave et un grand-duc). L’une des sœurs de Philippe baptisa son fils aîné Karl Adolf en l’honneur du Führer. Une autre sœur épousa Christophe de Hesse-Cassel, membre du Parti Nazi et de la Waffen-SS. Deux oncles du Prince Philippe, appartenant à cette branche, avaient été, pour l’un, messager de Hitler auprès de Mussolini et, pour l’autre, un des créateurs de la Gestapo. Philippe fut abandonné par son père à l’âge de dix ans. Sa mère fut internée, pendant deux ans, dans une clinique après une grave dépression nerveuse et un diagnostique de schizophrénie. Elle ne put assister aux mariages de ses filles. Philippe fut alors pris en charge par ses oncles George Mountbatten, marquis de Milford Haven, et Louis Mountbatten, comte de Birmanie. George et sa femme formèrent un couple assez particulier. Elle prenait des bains de pieds au champagne, avaient des relations homosexuelles. George était un collectionneur compulsif de documents érotiques, pornographiques et d’instruments à caractère sado-masochiste.
En dix ans, Philippe fréquenta quatre écoles, dont la célèbre Gordonstoun, fondée par un Juif allemand réfugié en Grande-Bretagne. Il y régnait une discipline militaire de fer (deux douches froides par jour). Pendant les cinq ans de son séjour à Gordonstoun, Philippe ne reçut aucune visite de sa famille. Ce qui ne l’empêchera pas, plus tard, d’envoyer son fils le Prince Charles dans cette école. En 1944, la mère de Philippe vivait à Athènes dans « des conditions très humbles, pour ne pas dire sordides », selon le futur Premier ministre anglais Harold MacMillan. Le soir, elle ne respectait pas le couvre-feu, et comme un jour on lui faisait observer qu’elle pourrait être touchée par une balle perdue, elle répondit : « on m’a dit qu’on n’entend pas le coup qui nous tue et, de toute façon, je suis sourde. Alors, pourquoi se préoccuper pour ça ? » Lorsque Philippe épousa la future reine, sa mère était présente, mais pas ses sœurs. La mère du Duc d’Édimbourg, dont les filles doivent beaucoup à l’Allemagne nazie, demanda à être enterrée sur le Mont des Oliviers, en Israël. Elle fut honorée comme une « Juste parmi les nations » pour avoir caché une famille juive pendant la guerre. Sur les photos, c’est une très belle femme.



22 août, NAPOLÉON 111 ANNONCE son intention de s'installer en Angleterre. Par une note du 6 octobre, la Diète fédérale helvétique peut donc repousser la demande d'expulsion du gouvernement français, non sans préciser que le prince Bonaparte va bientôt quitter la Suisse. Héritant de sa mère en 1839, Louis-Napoléon a les moyens d'imprimer à 500 000 exemplaires une brochure détaillant son programme politique : Les Idées napoléoniennes, dans laquelle il fait de Napoléon Ier le précurseur de la liberté. Au début de 1840, son fidèle Fialin lance à son tour ses Lettres de Londres, qui exaltent ce prince qui « ose seul et sans appui, entreprendre la grande mission de continuer l'œuvre de son oncle ». Depuis Londres, le prince prépare une nouvelle tentative de coup d'État. Voulant profiter du mouvement de ferveur bonapartiste suscité par la décision du cabinet Thiers de ramener de Sainte-Hélène les cendres de l'empereur, il débarque à Boulogne-sur-Mer, le 6 août 1840, en compagnie de quelques comparses parmi lesquels un compagnon de Napoléon Ier à Sainte-Hélène, le général de Montholon[8], avec l'espoir de rallier le 42e régiment de ligne. *** Cela ne vous rappelle pas DE GAULLE qui s'était ausi installé à Londres pour effectuer sa Résistance.

De son passé de conspirateur, Napoléon III a conservé l'habitude de ne jamais laisser transparaître ses émotions et ses pensées personnelles.






Ressemblance avec Napoléon

Découvrez la biographie de LOUIS-PHILIPPE I

Louis-Philippe d'Orléans (6 octobre 1773 à Paris - 26 août 1850 à Claremont dans le Surrey, Angleterre), connu sous la Révolution comme le citoyen Chartres ou encore Égalité fils, puis roi des Français de 1830 à 1848 sous le nom de Louis-Philippe Ier.




Des Jésuites dans les uniformes des soldats, durant la Deuxième Guerre Mondiale, coupent lentement la tête d'un homme avec une scie à métaux. Ces images n'ont pas été prises par newsreporters. Ils ont été prises par le Ustashis eux-mêmes dans le but de conserver des souvenirs glorieux de montrer leurs commandants!

Ce Blog va vous prouver que LA COURONNE D'ANGLETERRE gouverne toujours le Monde.

Ce Blog avait pour but de vous prouver que LA FAMILLE ROYALE a mise en place et contrôle les Banquiers Rotschilds; les Industrieux Rockefeller; les Bilderberger, le CLub de Rome, la Trilatérale, les Illuminati, les Francs Mançonneries, les Chevaliers de Malte, les soi-disants ''extra-terrestres''; qu'elle crée les guerres volontairement pour diviser et mater les populations, .... bref T O U T.

Ce Blog prouve que LES BRITANNIQUES gouvernaient autrefois aussi les PIRATES, les MERCENAIRES, ..... Que LES DIRIGEANTS DE LONDRES sont en arrière et ont mannigancé les 8 Croisades; qu'ils ont inventé plein de Religions et d'ORDRES comme les Jésuites; les Chevaliers de Malte; les Chevaliers Templiers; les Franciscains et les Dominicains vie les Papes de leurs guerres; .....

Et ou, ce Blog a démontré que ça fait au moins 15 siècles qu'il existe CE GOUVERNEMENT MONDIAL qui se joue de nous tous et qui a écrit l'Histoire à sa façon de sorte que personne ni aucun historiens ne sachent les suspecter don, ni les accuser.

LONDRES sait se protéger de toutes accusations en créant des Comités de Chercheurs et d'Experts-menteurs pour venir nous confondre. Londres crée les grands Comités Internationaux environnementalistes comme celui du Club de Rome (pseudo-environnementalistes... de Droites) pour se protéger voire venir accuser plutôt les citoyens..... Cette propagande Britannique réussit à tous coups: personne n'y voit rien et tous les environnementalistes de gauche embarquent dans leurs jeux sans s'en rendre compte.






Pourquoi pensez-vous, dès qu'un des Dirigeants d'un pays dans le monde se sent menacé: il s'exile temporairement à Londres ??? La réponse est claire....et évidente (La couronne d'Angleterre de la magouille avec ses espions-pions-chefs-d'États)

====================================
======================



QUELQUES UNS DE MES BLOGS


où vous trouverez plus de 500 sujets HUMANISTES développés sans peur ni intérêt financier quelconque :

SOLUTIONS MONDIALES

http://gouvernementmondial.blogspot.com/

http://assassinats.blogspot.com/

http://solutionprevention.blogspot.com/

http://fruitspourtous.blogspot.com/

http://viesaineetpacifique.blogspot.com/

http://comprendretout.blogspot.com/

http://informationshumanistes.blogspot.com/

http://crimescontrenous.blogspot.com/

http://causesresolues.blogspot.com/

http://denonconslestraitres.blogspot.com/

http://faitsconstats.blogspot.com/

http://sedemeler.blogspot.com/

http://mentalitesdeplorables.blogspot.com/

http://violencedeselites.blogspot.com/

http://scandalesinternationaux.blogspot.com/

http://sujetsinedits.blogspot.com

http://alcanrio.blogspot.com/

http://poesiehumour.blogspot.com/

http://vosreponses.blogspot.com/

http://gifanimeviny.blogspot.com/


SOLEIL POUR TOUS

http://dwanrg.blogspot.com/ (Humanité Reine)

http://soleilpourtous.blogspot.com/

http://cielpourtous.blogspot.com/

http://concurrencepourdiviseretvolerlespays.blogspot.com/

http://vinyeden.blogspot.com/

http://paradispourtous.blogspot.com

http://rentepourtous.blogspot.com/

http://lexica-viny.blogspot.com/

http://lexika-eden.blogspot.com/

http://solutionsprioritaires.blogspot.com/

http://solutionmondiale.blogspot.com/

http://fruitpourtous.blogspot.com/

http://vinyeden.blogspot.com/

http://gouvernementmondial.blogspot.com/


Voici mon e-mail

soleilpourtous@hotmail.com